Comment faire si

nos yeux s'éloignent de nos cœurs

nos mains perdent nos rêves

nos bouches se taisent

Un arbre branches dansantes

fantomatiques dentelles

l'heure où les ombres tremblent

la lumière se confond avec l'obscur

je marche sur les traces du silence de la terre

je devine un voile d'étoiles

un léger vent parle de douceur

je traîne dans le peu de lumière

je marche ma solitude à contre-sens

mon corps malgré tout

dans l'inconnu de cette nuit

mes mots ne sont qu'insomnies

maintenant le vent

cris les amours menacés

écrire est un tremblement du dedans

même immobile je cours les mots

l'horizon s'enflamme des désirs douloureux

je sais retrouver nos chemins nos jardins

suffit d'ouvrir les yeux du dedans

Nous avons tous besoin

de ce repos...